Le thé du Kenya sera plus propre grâce à la banque mondiale !

La Banque mondiale finance la réduction des émissions de carbone dans les communautés de théiculteurs d’Afrique. Le thé du Kenya sera plus propre !

Plantation de thé au Kenya
Plantation de thé au Kenya

Barrage du lac d’Aruba, sur la rivière Voi, situé à côté du lodge Ashnill Aruba (à l’arrière-plan), vu de l’est pendant la soirée, dans le parc national de Tsavo East, au Kenya. (Par Christopher T Cooper, CC BY 3.0 / commons.wikimedia.org)

Action de la banque mondiale pour le thé au Kenya

À la mi-mars 2019, la Banque mondiale a signé un accord d’achat pour la réduction des émissions avec la société de développement du thé au Kenya, Power Company Ltd. Cet accord s’inscrit dans le cadre de son soutien accru aux agriculteurs africains pour leur permettre de s’adapter aux effets du changement climatique. Il aidera directement 350 000 petits producteurs de thé et 39 usines en fournissant de l’électricité à partir de nouvelles centrales hydroélectriques. La principale innovation réside dans le fait que les centrales généreront des crédits de recettes – des paiements correspondant à la réduction certifiée des émissions de dioxyde de carbone qu’elles créent pour répondre aux besoins énergétiques des communautés et des exploitations agricoles. Ces crédits rendent l’investissement en capital requis plus « bancable » et réduisent les coûts du service de la dette. Dans d’autres projets bancaires fondés sur ce modèle, ils subventionneront l’achat par les agriculteurs et les familles de réchauds à biogaz écoénergétiques. Les crédits ERPA sont commercialisables à l’échelle internationale en tant que compensation de la taxe sur le carbone .

Les principales caractéristiques du plan d’innovation

  • Exploitez l’importance de la Banque mondiale et de son accès aux marchés financiers mondiaux pour constituer un capital initial et des garanties pour les autres parties.
  • Cibler l’énergie pour lutter contre les effets du changement climatique et réduire la pauvreté qui y est associée de plus en plus: l’Afrique dispose d’un potentiel hydroélectrique abondant. (L’énergie hydroélectrique a fait l’objet de controverses en raison des dommages qu’elle entraîne pour l’environnement et de la perturbation des communautés. Celles-ci semblent moins poser de problèmes étant donné les nouvelles technologies, les collaborations et la gestion de projet.)
  • Créer des incitations financières pour la réduction des émissions : les crédits d’émission ajoutent une nouvelle dimension au modèle de développement Nous prêtons, ou accordons / Vous dépensez et remboursez. Dans ce cas, l’agriculteur gagne quelque chose.
  • Développer les collaborations au-delà du financement direct : les projets de développement à grande échelle exigent de nombreuses parties ; participation, du financement à la construction en passant par l’exploitation. Les délais sont de 5 à 20 ans.

Economie et Climat pour améliorer la production de thé au Kenya

La Banque mondiale est en train de souscrire les prêts initiaux à KDTA, un partenaire du secteur privé de la société de financement international de la banque. La SFI tire parti des investissements de particuliers fortunés, d’agences de développement et d’entreprises. Le ministère britannique de l’Énergie apporte des ressources techniques et une expertise. Le gouvernement français finance la KDTA pour améliorer l’accès des usines de thé aux sources d’énergie alternatives. Outre le projet hydroélectrique, la SFI investit dans la création d’un entrepôt à Mombasa et soutient les initiatives de la KDTA dans les domaines de l’approvisionnement en bois, des tests de sol et de l’éducation financière des agriculteurs.

La Banque mondiale est également le dépositaire de l’Initiative carbone pour le développement, (Ci-Dev) créée en 2016 pour améliorer les conditions de vie et l’approvisionnement en énergie grâce à un « financement fondé sur les résultats ».

Ci-Dev pour le thé au Kenya et en Tanzanie

Ci-Dev illustre la caractéristique la plus complexe et la plus originale de l’accord KDTA. Sans Ci-Dev, il s’agit d’un vaste ensemble de prêts et de subventions classiques. Ci-Dev paie à l’emprunteur les réductions d’émissions de carbone. Son premier projet en Afrique de l’Est était avec SimGas, un fabricant privé néerlandais de biodigesteurs en plastique moulé à faible coût qu’il a installé dans une installation ultramoderne en Tanzanie pour fournir de l’énergie aux ménages ruraux du Kenya et des pays voisins. Le biodigesteur ou biodigesteur anaérobie est un dispositif technique utilisé pour produire du biogaz, un mélange de gaz — principalement du méthane — produit par des bactéries digérant de la matière organique dans des conditions anaérobies.

Les biodigesteurs convertissent le fumier en huile de cuisson et en une riche pellicule bio qui peut être utilisée comme engrais. Il élimine la dépendance au bois, libère le temps des femmes et des enfants qui doivent localiser et collecter le bois et réduit les émissions de carbone. La valeur financière de cette réduction est convertie en un paiement « basé sur les résultats » à SimGas.

La logique de l’association bank-KDTA est la même : catalyser la génération d’avantages par le biais d’incitations provenant de la mise en œuvre, de l’exploitation, de la diffusion et de la productivité.

La banque mondiale agit pour le climat et pour le thé

Cette initiative est l’une des nombreuses initiatives de la Banque mondiale. Il y a moins d’une décennie, son budget total pour des prêts visant à remédier au changement climatique s’élevait à 2,4 milliards de dollars (2011). Il a presque doublé en 2012 pour atteindre 4,6 milliards de dollars. Le dernier doublement en un an avait été annoncé fin 2018 : 200 milliards de dollars au niveau mondial pour 2021-2025.

Le projet de thé au Kenya faisait partie de l’annonce par la Banque d’un renforcement de son soutien à l’adaptation et à l’atténuation des changements climatiques, qui s’élèverait à 22,5 milliards de dollars par an pour 2021-2025, un nouveau doublement par rapport aux cinq années précédentes.

Sources :

Banque mondiale, KTDA, Clean Technico, Centre de la taxe sur le carbone, Vigor News, Réseau de bonnes nouvelles, Hydro Review, Smithsonian Magazine, Bloomberg, Inde NDTV, Ci-Dev

Nos articles connexes :

Un commentaire sur “Le thé du Kenya sera plus propre grâce à la banque mondiale !

  1. Pingback: Croissance zéro pour les pesticides et les engrais du thé de Chine

Laisser un commentaire

5% de réduction
Pas de cadeau !
Pas loin !
Presque !
10% de réduction
Livre offert
Pas de cadeau !
Pas de chance !
Presque !
5% de réduction
Pas de cadeau !
Pas de chance !
Vous avez une chance de gagner un cadeau!
Entrez votre email et faites tourner la Roue de Chance ! C'est votre chance de gagner jusqu'à 10% de réduction sur votre prochaine commande ou un Livre électronique de recettes autour du thé ! 
Les règles : 
  • Une chance par visiteur !
  • Les tricheurs sont disqualifiés !
powered by proof factor - increase conversions with social proof notifications